J'aime relire ce texte, écrit en 1990. Tout ce qui me tient à cœur y est déjà évoqué...

 

 

Le shiatsu est d'origine orientale. Il est une pratique de santé comme l'acupuncture, la phytothérapie, les exercices respiratoires ou la moxibustion. Le shiatsu, dont la source est la pensée traditionnelle chinoise, nous a été transmis par le Japon.

 

La conception du monde des Orientaux diffère de la nôtre : elle est non-dualiste, elle lie naturellement le microcosme avec le macrocosme; l'esprit à la matière, le haut et le bas. Elle est la mère de la philosophie, comme des arts de vivre, de gouverner le peuple ou l'individu. Ses fondements sont la connaissance et le respect des différents cycles, la bonne ordonnance de leur déroulement.  

 

Ces dernières années, après des expérimentations sophistiquées, certains savants occidentaux rejoignent ce point de vue. Nos pratiques populaires y font également allusion.

Le chi ou ki, habituellement traduit par énergie, est indissociable de cette conception. Le chi est  composant de toute chose. Seul il n'a pas d'existence, sans lui rien n'existe. Appelé également  "souffle" le chi a différentes natures,  chacune d'elles est en résonance avec les saisons, les couleurs, les organes profonds, ceux des sens, les sentiments, les perceptions, les mouvements, les sons... À l'intérieur de l'homme, ces souffles se manifestent et circulent dans les méridiens.

Le shiatsu est une aide efficace pour maintenir ou rétablir cette équilibre. Cette pratique manuelle énergétique est particulièrement adaptée à notre climat.

 

Le praticien agit par observation et palpation. Il perçoit les dérèglements des souffles, ses stagnations. Puis de ses mains, il stimule les méridiens pour rétablir le flux. Le rythme de ses appuis, sa respiration calme et sa concentration proche de la méditation incitent le receveur à une détente qui l'amène sans heurt à une prise de contact profonde avec lui même. Sa respiration s'apaise naturellement pendant que le flux de son énergie s'harmonise. Au cours des séances, cette présence à soi est mémorisée.

 

Le shiatsu agit en douceur, cette pratique est particulièrement respectueuse du receveur. Aucune force volontaire n'est déployée, aucun instrument n'est utilisé. Il s'exerce dans un endroit privilégié par son ambiance tranquille.

L'action du shiatsu se fait en fonction du rythme, des résistances, Des aspirations et des cycles du receveur. Son toucher ne force pas les transformations ; il leur ouvre le chemin, les accompagne.

Par le shiatsu, comme par les autres pratiques orientales, chacun est considéré comme la juste manifestation de son énergie. Le travail se fait dans le sens de ce mouvement.

 

Les malaises et mal être sont l'expression des tentatives de l'énergie à éliminer ou à s'adapter  aux perturbations qui portent atteinte au bon équilibre et à l'harmonie de l'individu. Si ces états se prolongent;  ils peuvent affecter durablement la santé. Ces déséquilibres énergétiques peuvent se transformer en lésions organiques.                    

 

La vocation du shiatsu est d'être préventif. 

Il intervient : 

soit pour régulariser l'énergie des individus en bonne santé,

soit aux premiers signes de perturbations.

 

Si le shiatsu préserve et régénère l'harmonie de la libre circulation du flux énergétique dans les méridiens, il peut également la rétablir. Il agit par spirale : de la surface à la profondeur.

 

Le shiatsu apprend au receveur à entretenir et à amplifier ses réserves d'énergie. Il en découle une meilleure résistance aux attaques extérieures, affectives, relationnelles, climatiques, microbiennes…

 

De plus l'harmonisation du flux énergétique permet au corps d'éliminer ses surcharges. Cela rapproche la personne de son énergie véritable, elle retrouve ainsi sa vitalité génératrice de joie de vivre, de bien-être voire de créativité.  

 

Le shiatsu peux développer une autre connaissance de soi, parfois une perception plus sensible au monde conjointement à une plus grande verticalité.